Une greffe de cheveux n’est pas un geste anodin. Elle doit être pratiquée par une équipe médicale entraînée ayant une grande expérience de cette technique. Une consultation médicale est systématique avant la réalisation d’une greffe. Néanmoins certaines questions ne sont pas toujours abordées lors de ce rendez-vous initial. C’est l’objet de cette “foire aux questions” (FAQ).

 

Question 1) Un bilan biologique est-il nécessaire avant une FUE ?

Réponse 1) Ce bilan n’est pas demandé systématiquement. La perte de sang est très minime lors d’une FUE. Une prise de sang est parfois demandée lors de la consultation initiale si le médecin la juge indispensable. Dans ce cas la prise de sang n’est pas remboursée par l’assurance maladie.

 

Q2) Quels sont les examens complémentaires indispensables lors d’une consultation pour alopécie ?

R2) L’interrogatoire et l’examen clinique sont généralement suffisants pour poser un diagnostic d’alopécie androgénétique et évaluer le nombre de greffons nécessaires en vue d’une FUE. Un examen par micro-caméra est également réalisé dans certains cas. L’analyse numérique des photos permet de déterminer la densité de cheveux, leur nature (épaisseur) et suivre les résultats après traitement. La réalisation d’un trichogramme est uniquement proposée dans les alopécies diffuses chez la femme et les effluviums télogènes rebelles.

 

Q3) Un traitement antibiotique est-il indispensable avant ou après la greffe FUE ?

R3) Non. Un traitement antibiotique en flash (3 g d’Amoxicicilline ) 1 heure avant le FUE est cependant préconisé chez certains patients « fragiles » ( diabète, maladie virale chronique,…).

 

Q4) La consommation de tabac contre -indique-t-elle la réalisation d’une FUE ?

R4) L’arrêt du tabac est toujours conseillé, au moins 1 mois avant et pendant le mois suivant la greffe. La vascularisation cutanée étant meilleure, le résultat de la FUE est très amélioré.

 

Q5) Quelle préparation avant une FUE ?

R5) Elle est très simple:

  • Arrêt du Minoxidil® 1 mois avant la FUE. La reprise de ce traitement se fait 1 mois après la microgreffe,
  • Le Finastéride (Propécia®) et les traitements chroniques éventuels sont maintenus,
  • Pas de prise d’aspirine ou d’anti-inflammatoire (y compris l’Ibuprofène) durant la semaine précédant la FUE,
  • Shampoing la veille ou le matin de l’intervention (une douche à la Bétadine® est totalement inutile),
  • Prendre un petit déjeuner léger avant la FUE.

Q6) Une éviction socio-professionnelle est-elle nécessaire après une FUE ?

R6) Théoriquement il est possible de reprendre une activité professionnelle immédiatement après la réalisation d’une FUE. Mais en pratique nous conseillons aux patients travaillant en milieu souillé ou peu propre, de prévoir quelques jours de repos ( 3 à 7 J) après la FUE. Le port d’un chapeau ou d’une casquette large est également possible.

 

Q7) Peut-on pratiquer une FUE chez un patient jeune ?

R7) Oui. Cependant cette FUE doit être réalisée en tenant compte du caractère évolutif de l’alopécie. Il est donc indispensable, parallèlement à la pratique de la FUE, de préserver les cheveux encore en place grâce à un traitement médical au long cours (Minoxidil® et/ou Finastéride).

 

Q8) Qu’est-ce qu’une transsection de follicules ?

R8) Le follicule prélevé est sectionné transversalement par le punch. Le greffon n’est donc plus viable car il est dépourvu d’un pédicule vasculaire. Le prélèvement méticuleux et contrôlé des greffons est donc un geste primordial dans la FUE. Cela détermine grandement le résultat final.

 

Q9) Quel est le pourcentage de réussite lors de l’implantation de greffons ?

R9) Il est proche de 100%, à condition que le prélèvement ait été réalisé méticuleusement (pas de transsection), que la peau du crâne soit saine et que le patient ne fume pas.

Quelques conseils simples doivent également être suivis par le patient pendant quelques jours après la greffe, par exemple éviter le port d’un casque…

 

Q10) Quel est le pourcentage de réussite lors de l’implantation de greffons dans une zone cicatricielle ?

R10) Une cicatrice cutanée a généralement une moins bonne vascularisation qu’une peau saine. Le pourcentage de développement des greffons en zone cicatricielle est donc souvent inférieur à celui observé en zone saine, parfois inférieur à 60%.

 

Q11) Qu’appelle-t-on le capital de greffons ?

R11) Il s’agit du nombre maximum de follicules disponibles en vue d’une (ou plusieurs) greffe(s) de cheveux. Ces follicules sont prélevés dans les zones postérieure et postero-latérale du cuir chevelu épargnées par l’alopécie androgénétique. On évalue à 15 000 (32 000 cheveux) environ le nombre total de follicules dans ces zones. Ce nombre de follicules est cependant très variable et souvent nettement inférieur, surtout chez les femmes et chez les hommes de plus de 45 ans.

« Ne pas déshabiller Pierre pour habiller Paul »

Retirer trop de follicules en vue d’une ou plusieurs greffes de cheveux risque de faire apparaître la zone postérieure « dépeuplée »  de cheveux avec un aspect mité. Cela est encore plus risqué si les cheveux sont bruns ou noirs et peu épais.

Respecter son capital de greffons est donc un objectif primordial.

Au terme d’une ou plusieurs FUE il est donc sage d’avoir prélevé au maximum 4000 follicules.

 

Q12) La pratique des greffes FUE à l’étranger est-elle dangereuse ?

R12) Une FUE en Turquie, Tunisie ou au Portugal, c’est un peu comme jouer à la loterie, le meilleur est possible, mais le pire aussi…. Il est évidemment tentant d’envisager une FUE à l’étranger lorsque les tarifs annoncés sont très bas.

Toutefois la FUE comme la FUT sont des techniques qui nécessitent une grande compétence médicale et une expérience approfondie. En particulier il est primordial de préserver son capital de greffons dans la zone donneuse (cf Q11).

Avant de se faire pratiquer une greffe de cheveux à l’étranger il est utile de se poser les bonnes questions et d’obtenir les réponses avant de partir :

  • Connaissez-vous le praticien qui va réaliser la FUE ?
  • Une consultation initiale est-elle proposée avant la greffe. Ce RDV est capital pour la suite.
  • Avez-vous calculé l’ensemble des frais d’une FUE à l’étranger (honoraires FUE, hospitalisation de jour éventuelle, frais de transport et d’hébergement) ?
  • Le praticien a-t-il souscrit une responsabilité civile professionnelle valable en France ?
  • Comment sera assuré le suivi post-greffe ?

 

Q13) La FUE robotisée est-elle une avancée technique significative ?

R13) La FUE robotisée (prélèvement et implantation) est très spectaculaire. Toutefois cette technologie n’améliore pas significativement les résultats de la FUE. L’œil humain très entraîné analyse parfaitement (sans doute mieux que le robot le plus perfectionné) les greffons susceptibles d’être prélevés et leur qualité en vue d’une réimplantation.

Quel est alors l’intérêt du robot FUE ? La robotisation permet sans doute de réduire (un peu) le temps de prélèvement et éventuellement de traiter avec la même équipe plusieurs patients simultanément. Les robots sont donc essentiellement destinés à l’équipe médicale et non à l’amélioration de la FUE proprement dite.

 

Q14) Qu’est-ce la « maxi » greffe de cheveux 3D ?

R14) Très médiatisée cette “nouvelle” technique ressemble furieusement aux classiques greffes de cheveux en “champ de poireaux”. Très pratiquée dans les années 70 et 80 cette technique, ancêtre de la FUE, utilisait des gros punchs de 2 ou 3 mm (0,9 ou 1mm pour la FUE moderne), permettant le prélèvement simultané de plusieurs follicules. L‘intérêt principal de cette ancienne technique recyclée dans quelques centres est sa rapidité d’exécution. Les inconvénients sont par contre bien réels : cicatrices de prélèvement visibles et surtout aspect trop régulier, non naturel, d’implantation des cheveux en “champ de poireaux”.

 

Q15) Quel avenir pour les greffes de follicules issus de cellules souches ?

R15) Encore hypothétiques ces greffes permettraient, théoriquement, de greffer sans limite des follicules chez des patients porteurs d’une alopécie androgénétique . Il s’agit toutefois d’un rêve encore inaccessible. La recherche sur les cellules souches s’oriente en priorité sur les maladies graves telles le cancer ou les maladies orphelines.

 

Q16) La FUE doit-elle être pratiquée en milieu stérile ?

R16) A la différence de la FUT qui nécessite un bloc chirurgical et la présence d’un anesthésiste, la FUE est toujours pratiquée dans une structure médicale dédiée en respectant les règles d’asepsie indispensables. La FUE est proche, sur le plan technique et les (faibles) risques infectieux, de la chirurgie pratiquée en cabinet dentaire.

 

Q17) Peut-on établir un devis sans consultation préalable ?

R17) Non. Certains patients souhaitent légitimement obtenir un devis de FUE en adressant par courriel des photos. S’il est possible de faire une évaluation approximative du nombre de greffons nécessaires en vue d’une future FUE, il est généralement impossible d’évaluer correctement la qualité de la zone donneuse et le capital de greffons potentiels. D’autre part la consultation initiale permet de connaitre d’éventuelles contre-indications à la réalisation d’une FUE.

 

Q18) Peut-on utiliser certains poils, thorax par exemple, en tant que greffons ?

R18) Non. Techniquement possible le résultat esthétique de cette autogreffe serait désastreux.

 

Q19) Qu’est-ce que la greffe de cheveux synthétiques ?

R19) Il ne s’agit pas d’une greffe mais de l’implantation de cheveux synthétiques de couleur et consistance proches de celles des cheveux naturels. Encore expérimentale et peu esthétique cette technique onéreuse n’a pas, jusqu’à présent, révolutionné la microgreffe de cheveux. Il est cependant possible que cette technique s’améliore et devienne plus accessible financièrement dans le futur.

 

Q20) Quelle est la place du micro-tatouage dans l’alopécie ?

R20) Un micro-tatouage, réalisé par un(e) dermographe expérimenté(e), permet de « couvrir » une surface crânienne importante, en particulier dans les alopécies étendues (V, VI et VII dans la classification de Hamilton). Associée à une FUE cette technique est performante et esthétique. La dermographie du cuir chevelu doit être renouvelée tous les 2 à 3 ans environ.

 

Q21) La FUE est-elle indiquée dans le traitement des pelades ?

R21) Non. Les pelades surviennent généralement dans un contexte de maladies auto-immunes. Elles guérissent spontanément dans la plupart des cas avec ou sans traitement local.

 

Q22) Quelle est la place réelle des traitements médicaux (FUE et FUT exceptées) dans le traitement de l’alopécie androgénétique ?

R22) Seuls 2 médicaments ont fait la preuve d’une efficacité réelle dans le traitement de l’alopécie androgénétique, le Minoxidil® et le Finastéride :

  • Le Finastéride est contre-indiqué chez la femme. Chez l’homme jeune, lorsque l’alopécie androgénétique débute, ce traitement permet parfois de stimuler des follicules atrophiés et donc obtenir une repousse de cheveux. Lorsque l’alopécie est plus évoluée les follicules étant définitivement détruits, ce traitement n’est réellement efficace que dans la prévention de chute de cheveux.
  • Le Minoxidil® existe sous 2 concentrations, 2% chez la femme et 5% chez l’homme. L’efficacité de ce traitement est liée à une application biquotidienne stricte. A l’arrêt du traitement la chute des cheveux recommence.
  • Les autres types de soins locaux ( Mésothérapie, PRP, Acide Hyaluronique,..) ou par voie générale ( compléments alimentaires, vitamines B,…) sont inutiles ou d’une faible utilité.

Q23) Quelle est l’évolution des FUE des sourcils et des barbes ?

R23) La FUE des sourcils et des barbes est une excellente indication. Les résultats de cette autogreffe sont toujours excellents sur le plan esthétique. Toutefois il convient de noter que les greffons produisent des cheveux dont le développement est souvent différent des poils de barbe ou de sourcils. Il faut en tenir compte et éventuellement couper régulièrement ces  « néo-poils ».

 

Q24) Quelle coupe de cheveux adopter avant une FUE ?

R24) Les cheveux mi-longs ou longs permettent de masquer la zone de prélèvement. Il est donc conseillé de ne pas les couper avant la FUE. A l’inverse les patients ayant des cheveux courts peuvent soit les conserver tels quels avant la FUE soit opter pour une coupe “crâne rasé”. La zone de prélèvement repousse rapidement après une FUE; elle est quasi invisible 10 jours après.

 

 

Partager cet article